Compagnie Albertine
Loading...

L’été sans retour
Giuseppe Santoliquido

Gallimard
Mise en voix, Sandrine Bonjean
Distribution en cours

Une fête au village de Ravina dans les Pouilles en Italie. Tout le monde s’amuse, oui, mais une gamine de quinze ans se volatilise… Le village se mobilise, on cherche, on enquête et plus les jours passent, plus l’espoir diminue.

Mise en voix, Sandrine Bonjean
Distribution en cours

Agenda

lundi 06 février 2023
Lectures scolaires à 10h et 13h30
Suivies d'une rencontre avec l'auteur
Lecture tous publics à 20h15
Suivie d'une rencontre avec l'auteur
Verre offert
Maison Autrique

Chaussée de Haecht, 266
1030 Bruxelles

jeudi 16 février 2023
Lecture à 20h30
Suivie d'une rencontre avec l'auteur
Ferme de Martinrou

Chaussée de Charleroi, 615

6220 Fleurus

Description

Italie, la Basilicate, été 2005. Alors que le village de Ravina est en fête, Chiara, quinze ans, se volatilise. Les villageois se lancent à sa recherche ; les jours passent, l’enquête piétine : l’adolescente est introuvable. Une horde de journalistes s’installe dans une ferme voisine, filmant le calvaire de l’entourage. Le drame de ces petites gens devient le feuilleton national. Des années après les faits, Sandro, un proche de la disparue, revient sur ces quelques mois qui ont changé à jamais le cours de son destin.

Roman au suspense implacable, L’été sans retour est l’histoire d’une famille maudite vivant aux marges du monde, confrontée à des secrets enfouis et à la cruauté obscène du cirque médiatique.

Biographie

Giuseppe Santoliquido est un écrivain belge né à Seraing. Spécialiste de politique et de culture italiennes, il collabore avec de nombreux médias belges et étrangers. Chroniqueur, essayiste, amoureux de l’Afrique, Giuseppe Santoliquido est aussi romancier et nouvelliste. Ses romans poursuivent une réflexion éthique et sociale sur la place accordée à l’autre dans nos sociétés contemporaines. L’été sans retour, son quatrième roman a été finaliste du Prix Rossel en 2021.

« La vie se gagne et se regagne sans cesse, à condition de se convaincre qu’un salut est toujours possible, et de se dire que rien n’advient qui ne prend racine en nous-mêmes. »
informations pratiques