Compagnie Albertine
Loading...

Selfie de Chine
Isabelle Wéry

Midis de la poésie
Distribution en cours

Isabelle Wéry est partie écrire en Chine. Elle nous envoie un selfie qui excède la taille d’un smartphone. En long et en large, elle nous fait part de son expérience chinoise : sons, odeurs, couleurs et affects frictionnent, fusionnent, tournent autour de motifs comme autant d’instantanés qui s’emparent du corps et de la langue.

 

 

 

 

©Laetitia Bica

 

Distribution en cours

Agenda

lundi 05 juin 2023
Représentation à 20h15
Suivie d'une rencontre avec l'auteure
Verre offert
Maison Autrique

Chaussée de Haecht, 266
à 1030 Bruxelles

Description

Qu’est-ce qu’écrire dans un pays à la fois étranger à soi et proche de soi? Qu’est-ce voir son propre alphabet déstabilisé par une succession de traits ? Qu’est-ce qu’entendre ses propres phonèmes changer de ton ? Qu’est-ce que vivre la Chine ?

Voyage en Chine, trip dans l’univers stratifié de la sensorialité, superposition de dispositifs, de temps et de lieux – l’autrice livre dans ce Selfie de Chine une exploration protéiforme, à l’image du trouble qu’infuse la Chine jusqu’au cœur de l’écriture.

Selfie de Chine est un récit à la forme hybride de journal de voyage et de cabinet de curiosités mixant poèmes, objets insolites, parfums de jasmin et mille détails qui viennent chatouiller l’œil et l’oreille… L’occasion de se laisser emmener en voyage dans une civilisation méconnue et énigmatique.

Biographie

Isabelle Wéry, autrice associée du 140, est actrice, metteuse en scène et autrice. Son second roman Marilyn désossée a reçu l’European Union Prize for Literature et a été finaliste du Prix Victor Rossel en 2013. Son dernier roman Poney flottant, également finaliste du Prix Victor Rossel en 2019, a été adapté sur scène au 140.

"Oui, la Chine, ça te creuse aussi la tête. Comme la pelle mécanique crève le tarmac de Pékin. Ça te met à cru, ça te déchiquète. Et ça t'abandonne hagarde et désossée sur le bord du clavier, étrangère à toi-même et totale solitaire, tatouée d'idéogrammes rouges, le cerveau enivré d'images aussi fiévreuses qu'une bande de chiens enragés."
informations pratiques