Compagnie Albertine
Loading...

La carte des regrets
Nathalie Skowronek

Grasset
Mise en voix, Thierry Helin
Lecture, Valérie Bauchau
Chant, Hamida Tachfine

Derrière le vernis des apparences, le portrait bouleversant d’une femme qui ne pouvait pas choisir. Nathalie Skowronek dit avec une grande subtilité les différentes facettes de l’amour et comment si les époques changent, les écartèlements du cœur demeurent

Mise en voix, Thierry Helin
Lecture, Valérie Bauchau
Chant, Hamida Tachfine

Agenda

lundi 21 juin 2021
Rencontre avec l'auteure à 18h30
Lecture-spectacle à 19h30
Représentation dans le jardin de la Maison des Arts de Schaerbeek
L'estaminet est ouvert dès 18h pour prendre un verre au jardin

Informations et réservations:
8€/6€
abonnements 4 lectures: 30€/20€ + surprise littéraire
Maison des Arts

Chaussée de Haecht, 147
à 1030 Schaerbeek

Description

Suicide, assassinat, mort accidentelle ? Les circonstances de la mort de Véronique Verbruggen sur un sentier des Cévennes n’auraient pas valu plus de quelques lignes dans la presse si la victime n’avait pas été une éditrice reconnue. Deux hommes s’interrogent et partagent un même chagrin : Daniel Meyer, son mari, ophtalmologue, et Titus Séguier, son amant, cinéaste qui jusqu’au bout aura attendu qu’elle vienne partager sa vie.
Il y a aussi Mina, la fille de Véronique, vingt et un ans, née d’un premier amour. Trop de sous-entendus, d’indices qui ne trouvent pas leur place dans le puzzle familial… Qui était cette mère dont les tourments se lisaient en filigrane ? Demander des éclaircissements à son beau-père serait si douloureux pour Daniel… Alors Mina remonte la trace de Titus Séguier. Elle découvre la complexité d’une mère écartelée, celle des sentiments, et comprend qu’on ne connait jamais tout à fait cet autre qui nous semblait si proche.

Biographie

Après un premier roman très remarqué, en 2011, Karen et moi (sélection du Prix Rossel des Jeunes, Prix Première, Grand Prix des lectrices de Elle et Prix des lecteurs du Télégramme), Nathalie Skowronek publie Max, en apparence ; un essai, La Shoah de Monsieur Durand, paru en 2015 aux éditions Gallimardet Un monde sur mesure en 2017 aux éditions Grasset. La romancière puise dans l’histoire familiale et s’interroge sur la quatrième génération de la communauté juive après Auschwitz. La carte des regrets a reçu le Prix de Littérature de l’Union européenne


"Que savons-nous de l’existence de ceux qui nous entourent ? Que nous montrent-ils d’eux-mêmes ? Que dissimulent-ils ? Mina, sa fille de vingt et un ans, qui sortait doucement de l’adolescence et venait de s’inscrire au conservatoire de musique en classe de piano, s’était exprimée avec prudence, dans un style probablement remanié par le journaliste : « Ma mère avait une façon bien à elle de travailler, d’aimer, de respecter les règles et de les transgresser. Je veux rester fidèle à ce qu’elle était. » Mais que savait Mina de sa mère ?"
informations pratiques